Maudits petits battements !

Entre confinement et fermeture estivale de nos studios préférés, nous aurons à coup sûr gagné en expérience du travail solitaire dans un coin de cuisine ou de salon. L’occasion de reprendre ses fondamentaux (pas comme si on avait le choix, dans 3 m²) et de mesurer à quel point les basiques sont sans pitié. 

La danse confinée : à ma sauce, et chez vous ?

Nombre de mes congénères amateurs ont su, semble-t-il, valoriser au mieux les cours en ligne dispensés fort généreusement par leurs professeurs habituels, mais aussi par une foule de professionnels incluant les plus grandes étoiles internationales.

Pour ma part, je renonçai vite à suivre de trop près ces précieux enseignements. Je dois être sous-douée, fort mal organisée, dotée d’une vue de taupe ou tout cela ensemble. Je confesse une incapacité à suivre un cours sur un quelconque écran en maintenant un placement contrôlé, colonne droite, épaule et têtes bien placées. Je me mis donc à regarder les exercices et tenter de les reproduire en revenant au début de chacun pour en diffuser la musique. Outre que les manipulations sont vite fastidieuses, je fus rapidement déroutée, envahie par l’inquiétude de réaliser un travail contre-productif sans l’œil du professeur, dans un exercice d’une complexité standard et à la vitesse d’exécution normale d’un cours de niveau intermédiaire.

Qu’à cela ne tienne, histoire de conserver un contrôle que je sois à même d’exercer sur ma carcasse, je décidai de consacrer ce travail technique confiné à la révision profonde des fondamentaux. Vous savez, le dégagé talon en avant, en brossant le sol par la demi-pointe, bassin parfaitement aligné en contrôlant l’en-dehors de la jambe d’appui, sans oublier les abdos gainés, l’auto-agrandissement, les bras tenus, les épaules basses et tout et tout…

Je pratiquais le plus souvent sans musique, afin d’adapter le mouvement aux sensations et au besoin de collecter simultanément une multitude de messages proprioceptifs. Je reproduisais les basiques de la barre, souvent sans barre afin de transférer dans l’effort de placement ce que j’économisais en simplifiant à outrance les pas.

Ce travail ayant, semble-t-il, porté quelques fruits palpables lors de la brève reprise des cours, je m’attelai à la même besogne lorsque vint la fermeture estivale de l’Institut Stanlowa.

Le zoom petits battements, était-ce une bonne idée ?

Fermement décidée à insister sur mes poins faibles, mes bêtes noires, mes sources d’anxiété et de complexes les plus tenaces, je me lançai voici deux ou trois jours dans un approfondissement des petits battements, où je ne brille guère. Disons encore moins qu’ailleurs. Ma petite batterie me dira merci, me disais-je. Certes.

Talon en avant, Christine. Ah, mais pas une raison pour tourner le bassin et vriller en-dedans la jambe d’appui, hein ? Au fait, comment gère-t-on son genou dans le mouvement de retour sur le battement devant ? Que doit-on sentir ? On s’en pose, de ces questions bêtes, quand on se remet à décomposer les pas ! Bon, on reprend. Et un peu de nerf, parce que le contrôle, c’est gentil, mais les petits battements, ça doit fuser entre deux positions « photo ». Tchac, tchac ! Allez, préparation… Héééé… Christine, on a dit impulsion des petits battements, mais pas déhanchement rock’n roll digne du King. Verrouille-moi ce gras, là, comme disait feu Monique Le Dily. Nouvelle tentative. Et me voilà de nouveau crispée comme une frite trop cuite, bassin rétroversé, épaules de déménageur de piano, toujours comme disait miss Le Dily, dont l’œil sévère hante encore ma pratique.

Pfff… il fait chaud, non ? Mon autonomie de travail avoisine le néant. Comment vous en sortez-vous de votre routine ballet estivale ? Vivement la rentrée !

© Christine Reynaud, alias Marie-Pirouette

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s